ld it at gb fr

Atlas linguistique du ladin des Dolomites et des dialectes limitrophes, 2e partie

L’ALD-II constitue la suite de l’ALD-I, publié en 1998 (7 volumes, 3 CD-ROM. 1 DVD). Tandis que dans le cadre de l’ALD-I, le contenu reposait sur la collecte de données issues de la phonétique et de la morphologie nominale et verbale élémentaire, ce sont le lexique, la morphologie élaborée et la syntaxe qui se trouvent au cœur des intérêts de recherche du projet ALD-II. La conception théorique de base (« philosophie du projet »), la méthode de collecte des données, ainsi que le champ d’exploration restent identiques par rapport à ceux retenus pour l’ALD-I.

Conception théorique de base

Le projet ALD se situe dans la lignée de la tradition de la géolinguistique romane classique, instaurée par l’ALF de Jules Gilliéron et l’AIS de Karl Jaberg et Jakob Jud. L’ALD sert au relevé et à la documentation des compétences dialectales (voire basilectales) d’informateurs autochtones, en principe plurilingues, dont la vie se déroule dans l’un des 217 points d’enquête du réseau de recherche, ou qui s’y sentent « chez eux ». On part du principe que ces mêmes locuteurs aménagent leur espace de vie par la cultivation d’une alternance linguistique complexe constituée de convergences et divergences dialectales finement enchevêtrées. Les données dialectales collectées dans le cadre du projet ALD permettent d’étudier, voire d’analyser de plus près, cet aménagement basilectal de l’espace respectif. Parallèlement, l’ALD constitue – par analogie avec la situation existant entre l’atlas linguistique national de la France (ALF) et les divers atlas régionaux de la France (NALF) – un relèvement de contrôle à maillage fin par rapport aux atlas nationaux italiens AIS (Atlante italo-svizzero/Sprach- und Sachatlas Italiens und der Südschweiz) et ALI (Atlante linguistico italiano) dont les réseaux d’enquête sont beaucoup plus espacés.

Principes méthodiques de la collecte des données

  • Exploration de terrain directe, effectuée par des dialectologues professionnels.
  • Transcription immédiate des réponses recueillies, documentation sonore parallèle, effectuée à des fins de vérification et d’archivage.
  • Au contraire de l’ALD-I, le questionnaire n’est soumis qu’une seule fois aux informateurs de chaque point d’enquête.

Champ d’exploration

Nord-est de l’Italie du Nord, ainsi que le sud-est de la Suisse : superficie totale : environ 25.000 km², représentée par 217 points d’enquête, distance moyenne entre les points d’enquête : environ 10 km. Régions/provinces prises en compte : 8 (d’ouest en est) : la Basse-Engadine et la Haute-Engadine, la Lombardie orientale, le Trentin, les régions ladinophones du Tyrol du Sud et du Trentin, la Vénétie septentrionale et centrale, le Frioul occidental. Voir à ce propos la carte ci-jointe.

La présente page d’accueil ne se contente pas de fournir un premier aperçu des fondements et objectifs théoriques et pratiques du projet ALD-II, mais elle renseigne aussi sur l’état actuel des recherches en cours.